06 Nouvelle Zélande, Notre tour du monde

Jour 123 – Waitakere Ranges

15/12/2018

Première nuit en Nouvelle Zélande

Notre première nuit à Auckland fut entrecoupée de plusieurs réveils dans la nuit en raison du décalage horaire qui nous perturbait encore un peu. Mais, chaque fois, on se remet au lit pour se forcer à se mettre à l’heure locale. Au final, on passe une très longue nuit : environ 12 heures de sommeil !

Après le réveil, nous allons dire bonjour à Yuri et Julia, nos hôtes Air BnB. On profite du petit déjeuner pour discuter avec eux. Ils viennent tous les deux de Russie et se sont installés en Nouvelle Zélande de nombreuses années auparavant. C’est très intéressant de discuter avec eux parce qu’ils ont la vision d’un œil étranger qui s’est ensuite familiarisé avec le pays.

Yuri adore nous parler de la conduite à gauche, mais aussi de la conduite très dangereuse en Russie. Il nous donne des sueurs froides alors qu’il nous montre quelques vidéos d’accidents extraordinaires en Russie. Ça fait vraiment flipper….

waitakere ranges

On a beaucoup de mal à les quitter tant on s’entend bien ! Mais on a un gros programme devant nous et il faut qu’on continue notre route. Alors on rit une dernière fois ensemble, on échange nos coordonnées, et en voiture Simone !

Il nous faut du matos

Avant toute chose, on retourne en ville pour acheter un réchaud un peu plus gros que le nôtre, et quelques poêles /casseroles. On voulait quelque chose de plus pratique pour cuisiner que notre mini réchaud dans lequel on ne peut faire que du thé.

On commence par aller voir un genre de magasin militaire, espérant trouver le même genre de matériel que ce qu’on avait vu à Salt Lake City. Mais la déception est grande :il y a seulement du matériel pour les militaires.

Assez rapidement, on trouve le magasin Torpedo, pas très loin. Il y a pas mal de réchauds et de bouteilles de gaz mais c’est assez cher.

Alors qu’on allait se résoudre à vendre nos organes sur le marché noir pour pouvoir s’acheter du matériel digne de ce nom, on aperçoit le Saint Graal… Un genre de plaque de gaz, comme dans une gazinière. Bien moins chère et bien plus pratique. Plus stable et plus gros.

waitakere ranges

On opte pour cette option ! Et on prend un set de casseroles et poêles en inox. Ça nous permettra de nous mijoter de bons petits plats équilibrés et de limiter les restau.

Oui car, en Amérique du Sud, quelques bourrelets adipeux ont décidé de se joindre à notre aventure. Et ce n’est pas du goût de tout le monde !

Il ne nous manque plus qu’un adaptateur car impossible de remettre la main sur le nôtre ! Pour ça, direction le supermarché du coin. Et au passage, on s’arrête dans un petit restaurant japonais qui propose des sushis et makis végétariens à emporter. Les repas équilibrés, ce sera pour plus tard !

Direction Waitakere Ranges

Après notre petit repas, on prend la direction des Waitakere Ranges qui ne sont pas très loin de la ville. C’est toujours Benjamin qui conduit. J’ai encore un peu la trouille de me lancer.

La route slalome dans tous les sens sur une petite montagne et au milieu d’une forêt qui se densifie petit à petit. Sans s’en rendre compte, on se retrouve au milieu de plantes tropicales.

waitakere Ranges

Je n’arrive pas à décrocher mes yeux de ce qui défile derrière la vitre de la voiture. C’est beau. C’est vert. On a l’impression de passer au milieu de la jungle. Et en même temps, on commence à apercevoir l’océan, turquoise, en contrebas de la montagne. On a déjà traversé l’île dans la longueur et on voit l’autre bord !

waitakere Ranges

Les contrastes de couleurs sont saisissants. Il y a d’un côté le bleu du ciel, avec au loin des nuages d’un gris bien foncé, le turquoise de l’océan, le vert clair des plantes tropicales, le vert foncé des arbres plus traditionnels et, par endroit, les touches de couleurs vives des fleurs.

Alors que la voiture file à vive allure dans les montées et les descentes de l’étroite route à virages, on reste sans voix. À ce moment précis, on sait que ce pays serait différent de tous les autres…

Randonnée dans les Waitakere Ranges

On poursuit jusqu’à arriver à un départ de randonnée. On brosse et nettoie nos chaussures de rando avant d’y pénétrer, grâce au matériel mis à disposition. C’est une mesure qui est prise en Nouvelle Zélande pour éviter de transporter des graines de plantes invasives ou des germes de maladies dans la nature. Certaines bactéries ou plantes peuvent décimer certains arbres et l’Etat néo-zélandais tient à conserver son patrimoine naturel.

waitakere Ranges

La balade durera moins d’une heure mais on en prend plein la vue… On est directement sur la montagne et le chemin oscille entre plats, montées et descentes. On marche en bord de falaise ce qui nous permet d’avoir une vue magnifique sur l’océan turquoise et sur l’écume lorsque les vagues se brisent sur les rives. Et en même temps, on est à l’ombre des plantes tropicales verdoyantes. C’est un tableau exceptionnel !

waitakere Ranges

Je tombe immédiatement en adoration devant deux plantes que je n’avais jamais vues auparavant. L’une d’elle ressemble à un mini palmier avec des feuilles de fougères. Elle me donne l’impression d’être au Jurassique. Et l’autre est à peu près dans tous les paysages de ce pays. Elle comporte un genre de grande tige bordeaux au bout de laquelle il y a une partie qui me faisait penser à un bout de roseau. Ce n’est pas vraiment une fleur. Pas vraiment un roseau non plus. Ni un fruit. Enfin, je ne sais pas trop ce que c’est, mais j’adore !

waitakere Ranges

Cette petite marche dans la nature nous donne le sourire. On se sent tellement chanceux d’être là… Nous sommes seuls et ça nous permet de vraiment réaliser que, ça y est, nous sommes dans un nouveau pays. On le réalise d’autant plus quand on arrive devant ce paysage, avec cette statue maorie représentant Hinerangi.

waitakere Ranges

La légende d’Hinerangi

La légende dit que cette femme était tellement belle qu’elle était très courtisée. mais elle a choisi d’épouser le jeune chef d’une autre tribu. Malheureusement, celui-ci disparut en mer alors qu’il était parti pêcher. Hinerangi est alors montée sur cette montagne pour observer la mer dans l’attente du retour de son mari. Elle serait finalement morte de chagrin ici, ne le voyant pas revenir. On dit que son visage inconsolable fut gravé dans la roche de la falaise, attendant toujours les retrouvailles avec son époux.

On a du mal à discerner les traits de son visage dans la roche de la falaise. Mais en même temps, Benjamin ne nous rend pas la tâche facile. Il refuse de s’approcher (malgré les barrières) par peur du vide.

En route pour Bay of Islands

Après cette petite excursion apaisante, on reprend la route en direction de notre prochaine destination : Bay of Islands, un endroit bien plus au nord. Il y en a pour plusieurs heures de route. On arrivera probablement de nuit. Mais on est tout revigoré par tout ce qu’on vient de voir.

waitakere Ranges

La route passe très vite tellement nous sommes avides de découvrir les paysages néo-zélandais. Il y a des collines vertes partout. Mais pas des collines comme on peut voir chez nous. Des collines d’une forme parfaite. Bien rondes. Et toutes proches les unes des autres. Si bien que la route est rarement plate. On monte et on descend tout le temps.

Sur ces collines, il y a souvent comme de mini-terrasses ce qui nous a rappelle un peu l’Amérique latine. On est surpris de voir autant d’herbe partout. On dirait que c’est du gazon bien tondu et entretenu. Les moutons, disséminés partout, y sont probablement pour quelque chose.

waitakere Ranges

On s’arrête sur la route pour prendre le temps de bien voir le paysage. On est à présent déjà dans la partie Nord de l’île du Nord, et on peut voir l’océan par-delà les collines vertes. C’est juste magnifique.

Arrivée à Bay of Islands

Nous arrivons à Bay of Islands juste avant la tombée de la nuit. On se gare sur un free camp pour y passer la nuit. En Nouvelle Zélande, il y a plein de parking comme ça, sur lesquels il est autorisé de se garer pour la nuit. C’est beaucoup utilisé par les vans et les camping-cars. Certains sont réservés aux véhicules « self contained » (qui on un système pour récupérer leurs eaux usées), mais d’autres sont accessibles à tout le monde.

waitakere ranges

On s’y installe avant qu’il ne fasse trop noir. Il y a déjà 5 ou 6 autres véhicules. Le soleil décline assez vite alors qu’on commence à faire à manger avec notre tout nouveau matériel. La brume s’avance lentement jusqu’à recouvrir la totalité du paysage. C’est presque irréel…

waitakere Ranges

Seulement deux jours après notre arrivée dans ce pays, nous passons notre première nuit dehors, dans la voiture. Et c’est avec un sentiment de liberté merveilleux qu’on ferme les yeux en se délectant du moment présent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *