06 Nouvelle Zélande, Notre tour du monde

Jour 130 – Wellington

23/12/2019

Les au revoir avant la prochaine étape

Ce matin, nous devons quitter les alentours du Tongariro pour prendre la route de Wellington, la capitale. Nos muscles sont un peu raides en raison de la randonnée de la veille (qu’on se vante pourtant d’avoir réussie les doigts dans le nez). Après avoir fait nos sacs et rangé le tout dans la voiture, vient l’heure des au revoir à Fran et Mark, les gérants du Hobbit Motorlodge, le charmant petit motel où nous avons logé le temps de faire le trek.

Bien sûr, on commence à discuter et les au revoir traînent en longueur. La discussion tourne autour du voyage, de l’entrepreneuriat, des études et même de leur chienne qui est toute triste depuis le départ d’une jeune étudiante qui a habité avec eux. La chienne reste assise sur le parking à attendre qu’elle revienne avec une tristesse immense dans les yeux. On l’entend même pleurer parfois. Pauvre choupette…

Fran et Mark sont adorables et on a beaucoup de mal à les laisser. Ils nous couvent un peu à la manière de grands-parents et on se sent comme faisant partie de leur famille. Mais on a de la route alors après une bonne heure passée à discuter, nous devons leur faire nos adieux.

Dernière visite de la région

Mais avant de quitter la région, nous allons voir l’endroit que Fran et Mark nous on recommandé. La route est très belle et passe au milieu d’une forêt qui fait un peu penser à la jungle, avant de traverser une forêt d’arbres un peu plus typiques des montagnes. La vue sur les sommets est superbe.

On monte le plus haut possible et on a une vue dégagée sur toute la vallée. C’est très joli. On en profite pour marcher un peu et aller voir une cascade. C’est à cet endroit qu’on aperçu de petits oiseaux en forme de boule. Ils sont tout petits et vraiment mignons.

Enfin, on prend la route en direction de Wellington, qui sera notre dernière étape sur l’île du Nord de la Nouvelle Zélande…

Arrivée à Wellington

Après quelques heures de route, nous arrivons dans la ville de Wellington. On est un peu fatigué mais on n’a pas vraiment beaucoup de temps pour visiter parce qu’on a prévu de prendre le ferry pour l’île du Sud demain matin.

Le Musée Te Papa

On commence par se rendre au fameux musée de la ville, Te Papa. Situé vers le port, l’entrée est gratuite. Seuls le parking et certaines expositions temporaires sont payantes. On se gare et on commence la visite, étage par étage.

C’est vraiment très intéressant et ça nous permet d’en apprendre un peu plus sur la Nouvelle Zélande et sur la culture maorie.

Nous évoluons dans des décors reconstitués de guerre plus vrais que nature. Il y a des personnages historiques géants en silicone. Et, croyez-moi, on est impressionné par le réalisme de leurs traits. On peut même voir les pores de leur peau, ainsi que leurs poils. C’est fascinant !

Dans ce musée, on peut aussi observer le squelette du fameux kiwi, et on est très surpris de constater la taille énorme de ses œufs par rapport à la taille de l’adulte qui le pond. Ça ne vous paraît pas impossible à vous ?

La colonisation de la Nouvelle Zélande

On passe un long moment à l’étage relatant l’arrivée des différents colonisateurs européens. Toujours les européens… C’est à se demander quels problèmes personnels ils essayaient de régler en allant voler le territoire des autres…

Bon, dans le cas de la Nouvelle Zélande, d’après ce qu’on nous dit là, ça a été moins pire que pour les autres pays. Les Maoris, le peuple qui vivait en premier sur ces îles, et les britanniques, qui sont venus par la suite, ont assez rapidement trouvé des compromis pour vivre ensemble. Il n’en reste pas moins que, bizarrement, les endroits où vivaient ces populations autochtones ont fini par se limiter à de très petites zones…

L’arrivée des européens a eu un certain nombre d’impacts sur le pays, au-delà du changement de mode de vie de ses habitants. Les européens ont ramené avec eux des maladies auxquelles les maoris n’avaient jamais été confrontés, ce qui a eu de lourdes conséquences. Mais ils ont également ramené des animaux, des insectes et des graines qui ont eu des conséquences considérables sur la chaîne alimentaire locale.

De ce fait, des centaines d’espèces animales ont disparu, et des espèces végétales avec elles. C’est tout l’équilibre de la Nouvelle Zélande qui a été mis en péril… C’est pour cette raison que de nombreuses normes ont été mises en place lorsqu’on se rend dans ce pays à l’éco-système fragile.

L’impact sur les forêts

Les européens ont aussi été responsables de la destruction d’une grande partie des forêts du pays, avec pour cause la volonté d’utiliser le bois pour la construction. Des arbres immenses ont été coupés, des forêts entières ont été brûlées pour récupérer les terrains sur lesquels elles prospéraient. L’île a été complètement transformée.

Ce qu’il en reste est désormais protégé par des règles très strictes, qu’il s’agisse de protéger les espèces végétales ou les espèces animales. Le but est de redonner sa place à la nature pour qu’elle puisse continuer à prospérer en dépit de l’activité humaine.

Après tous ces renseignements, nous allons à un autre étage en apprendre un peu plus sur les maoris. Ce peuple viendrait de Polynésie et aurait navigué jusqu’à arriver en Nouvelle Zélande, alors inhabitée. Ils vivaient très simplement et leurs croyances étaient toutes liées à la nature et la terre. Leurs légendes étaient toutes très poétiques. Nous avons pu voir de nombreuses sculptures en bois traditionnelles, des outils, des bateaux, des habitations…

On a bien aimé ce musée qui nous a appris pleins de choses !

Balade à Wellington

Après cette visite instructive, nous remettons le nez dehors. Ce n’est pas pour déplaire à Benjamin qui commence à saturer et qui a bien besoin d’un grand bol d’air frais.

Nous prenons un peu de hauteur et allons observer une vue panoramique de la ville non loin du port. C’est vraiment beau. Le soleil commence à baisser et la luminosité aussi donc nos photos ne rendent pas vraiment honneur au paysage, mais on apprécie vraiment la vue.

Nous nous promenons un peu au grès des rues, pour observer de plus près l’architecture de la ville. Les maisons sont vraiment jolies et ça nous fait un peu penser à San Francisco. Entre les pentes bien raides, et les petites maisons en bois peint, ça s’en rapproche bien.

Alors qu’on roule à travers la ville, on commence à voir des couleurs magnifiques se peindre dans le ciel. Le coucher de soleil… C’est impressionnant.

A la recherche de l’agence perdue

Etant donné qu’on prend le ferry très tôt le lendemain, on décide de rechercher l’adresse de l’agence de location de voiture, histoire de ne pas être pris au dépourvu le lendemain et de ne pas louper le bateau.

On a bien fait parce que l’adresse indiquée sur internet, et sur la feuille de retour du véhicule est complètement fausse ! On a fait tout le tour du bâtiment indiqué sans rien trouver. Alors on tente le tout pour le tout et on décide d’aller directement à l’embarcadère pour voir si on trouve des infos sur place. Et en fait, c’est bien là qu’il faut laisser la voiture. Ça parait logique dans le fond, mais l’adresse indiquée sur le papier nous a induits en erreur. Alors attention si vous vous retrouvez dans cette situation !

Bonne petite soirée en perspective

Après nos recherches, on trouve refuge dans un restaurant indien pour le dîner. On se casse littéralement le ventre tellement on s’empiffre. Mais on aime tellement ça !

Une fois nos ventres remplis jusqu’à raz-bord, nous cherchons un endroit tranquille pour passer la nuit (comprenez un free camp ^^). On prend quelques clichés sympas de la ville de nuit. Et on se prépare à dormir avec une belle vue sur le port et sur la ville illuminé

On doit vous laisser, la nuit sera courte…!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *