01 Canada, Notre tour du monde

Jour 17 – Jasper



03/09/2018

 

Premiers pas dans le parc de Jasper

Ce matin, on s’est réveillé à la fraîche. La nuit a été plus froide que d’habitude. Normal : on est à la montagne. Heureusement que j’ai ma petite bouillotte préférée, Benjamin, avec moi ! Lui n’a pas du tout eu froid.

Après notre petit rituel du matin en voiture, on a directement pris la route pour découvrir les beautés du parc. Au bout de quelques minutes seulement, on a croisé la route d’un wapiti femelle en train de brouter le long de la route. Quelques centaines de mètres plus loin, on en a vu un autre, avec des bois celui-ci. La journée commençait drôlement bien !

Jasper

Les paysages

On s’est arrêté un peu plus loin pour profiter de la vue sur un beau lac à l’eau claire. C’était magnifique. Le lac reflétait les montagnes qui l’entouraient et on pouvait voir la brume s’élevait doucement au-dessus de l’eau. Il était tôt et il faisait encore frais. C’était splendide.

On a pris quelques clichés pour se rappeler ce moment et le montrer aux enfants, mais honnêtement, les photos sont bien en-dessous de la réalité. Les objectifs de nos téléphones ne sont pas assez bons pour avoir les détails et on ne voit presque pas la brume.

On a poursuivi notre route et on a trouvé un autre lac avec une vue sur la montagne juste magnifique. On s’est vraiment senti privilégié de pouvoir contempler ça.

Jasper

 

Les touristes

Ce matin, on s’était levé tôt pour ne pas être trop envahi par les touristes. Je pense qu’on a eu raison parce qu’on était presque seul dans le parc. Il faut dire qu’il faisait un peu gris, ce qui a dû décourager ceux qui étaient dans le coin. Nous on s’y fait. J’ai l’impression qu’il fait gris ou qu’il pleut dès qu’on va dans un parc ^^ !

Donc on était presque seul… Le « presque » est important dans la phrase. Il y avait en fait un petit groupe de touristes étrangers d’une quarantaine d’années qui rigolaient et hurlaient littéralement en se prenant en photo. On a cru qu’ils ne se tairaient jamais…

Je sais, je râle… C’est là tout le charme français, non ? ^^

Mais je vous assure que c’était justifié. C’est quand même dommage de ne pas pouvoir profiter de la nature au calme à cause de quelques personnes.

On s’est dit qu’on n’arriverait pas à croiser d’animaux sauvages dans ces conditions. Mais on a quand même aperçu un petit truc bouger dans l’eau, à quelques mètres de nous. Au début, on a pris ça pour une loutre. Mais en fait, c’était une martre. Elle a regagné la rive, s’est ébrouée et s’est approchait de nous comme si elle était curieuse. Elle était vraiment trop mignonne.

 

 

Passée l’extase de voir ce petit animal dans son habitat naturel, on a fui vite fait bien fait pour s’éloigner du groupe de touristes bruyants.

 

Les paysages

Les paysages de contes de fées se succédaient sans discontinuité. Malgré les quelques nuages, on a adoré tout ce qu’on a vu. Les lacs étaient d’un bleu turquoise éclatant. La forêt était parée de nuances de couleurs allant du vert clair au brun en passant par le rouge, le jaune, le violet et le vert sombre. Les vallées étaient dans les tons jaunes, orangée et rouge. Et les montagnes dont le sommet était enneigé venait compléter le tableau.

Jasper

Vous vous dites peut-être que j’en rajoute et que ça ne peut pas être aussi beau que ça. Pourtant, je crois bien qu’il s’agit des plus beaux paysages que j’aie jamais vus avant.

L’histoire de l’orignal

A un moment, sur la route, on a vu un van arrêté sur le bas-côté. On a ralenti pour savoir ce qui se passait, et on a vu qu’il y avait un orignal en train de brouter. On s’est arrêté pour pouvoir l’observer. Depuis le temps qu’on voulait voir cet animal typique de la région…

Sauf que la bête n’a pas eu l’air d’apprécier notre présence. Elle s’est redressée brusquement et m’a lancé un regard vraiment mauvais, le genre de regard qu’on comprend, même si les paroles ne l’accompagnent pas. L’orignal s’est mis à courir dans notre direction !

J’ai eu la trouille et j’ai crié à Ben de démarrer. J’avais pas trop envie que la voiture de location soit toute abîmée et qu’on doive payer pour la faire réparer.

Jasper

Sauf que Ben a cru que j’exagérais et que je criais pour rien. Donc il ne bougeait pas d’un poil. Il a fallu que je hurle pour qu’il bouge la voiture. Heureusement, l’orignal ne nous avait pas encore rattrapé. On s’est mis plus loin, et il nous a laissé l’observer à cette distance pendant quelques minutes. J’étais contente qu’on ait été en voiture et pas à pied !

On en prend pleins les yeux

Après ces émotions, on a trouvé un point de vue en hauteur, d’où après quelques efforts, on avait une vue dégagée sur une assez grande distance. C’était impressionnant. On aurait dit qu’on était dans un film ! On voyait à l’horizon une rivière turquoise qui se séparait en plusieurs gros cours d’eau qui encerclaient la végétation et se regroupaient plus bas. Encore une fois, nos photos n’étaient pas à la hauteur de la beauté de la nature. Alors on a pris le temps de mémoriser ça avec nos yeux.

Pas trop longtemps non plus, hein ? Il y a des ours, des loups, des pumas et surtout des grizzlis dans ce parc (et des orignaux un peu énervés visiblement). Plus sérieusement, je devais être un peu agaçante. Quand on était dans un endroit un peu trop isolé, et sans visibilité, donc quand j’avais peur de croiser un animal agressif, j’imitais le bruit d’une clochette en continue « gling gling gling ».

Jasper

Comme Ben en avait marre, il m’a dit de plutôt mettre de la musique. Mais sur mon téléphone, je n’ai que les sonneries habituelles très désagréables. Alors j’ai mis ça, en boucle, en me tortillant en guise de danse. C’est bête, mais ça l’a bien fait rire.

Le glacier

On a continué à découvrir des endroits tous plus beaux les uns que les autres toute la journée. La route elle-même était superbe. On a même pu voir notre premier glacier du voyage. La montée pour y arriver était super hard et il y avait un vent glacial. Mais on était très content d’arriver en haut.

Jasper

Le soleil a commencé à se faire bas, et on était encore loin de Banff, notre prochaine étape. Mais on ne pouvait pas s’empêcher de s’arrêter régulièrement sur la route pour prendre le temps de contempler le paysage.

Le lac le plus turquoise du parc

L’un des derniers arrêts qu’on a fait sur la route était pour un lac d’un bleu turquoise magnifique. Le problème, c’est qu’il y avait un peu de marche pour arriver au point de vue et qu’il s’agissait d’un secteur dans lequel les loups étaient très présents (bien qu’on n’en ait aperçu aucun =( ). Le panneau stipulait même que les loups en question faisaient dernièrement preuve de ruse et qu’il fallait être assez prudent.

La nuit approchant, on n’était pas trop rassuré. On a donc choisi de prendre un petit raccourci qui nous a fait arriver au point de vue sur le lac en quelques minutes à peine au lieu de faire toute la boucle. Et on a bien fait d’y aller quand même, parce que ça valait le coup. On était scotché !

Jasper

Après quelques moments paisibles devant ce panorama exceptionnel, on a repris la route en se disant que cette fois, on ne s’arrêtait plus.

Arrivée à Banff

On est arrivé à Banff de nuit et notre première étape a été de trouver un supermarché pour reconstituer notre stock de provisions et d’eau. Puis, comme on était fatigué et qu’on avait la flemme de se cuisiner quelque chose pour le repas (et aussi bien sûr qu’il nous fallait des toilettes !), on a trouvé un Subway dans lequel on a pris des sandwichs.

Après ce délicieux repas, on a cherché notre emplacement pour la nuit. On a trouvé une ruelle résidentielle très calme non loin d’une école primaire. On s’est installé pour la nuit et on a glissé dans les bras de Morphée en deux temps trois mouvements…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *