04 Argentine, Notre tour du monde

Jours 99, 100 et 101 – Salta

23/11/2018, 24/11/2018 et 25/11/2018

Un peu de repos pour commencer

Après notre arrivée en Argentine, le taxi nous a déposé à notre auberge, Los amigos de la linda. Notre chambre était prête. Ça tombait bien parce que j’étais toujours un peu malade et un peu de repos était le bienvenu.

Il y avait la climatisation dans la chambre et on avait une télévision sur laquelle on pouvait mettre une clé USB. Il n’en fallait pas plus pour qu’on s’installe confortablement dans le lit pour regarder quelques films.

On s’est fait une petite journée off, et on est resté, moi au lit, et Benjamin sur son ordi.

Et puis le soir, on est allé chercher un petit restaurant dans le coin. On a atterri dans un genre de bistrot dans lequel on a pu prendre une pizza pour deux. 

On a été assez surpris de voir la pizza. Il y avait tellement de fromage que ça coulait presque partout. J’adore le fromage mais là, c’était un peu écœurant. D’autant plus que ce n’était pas vraiment du bon fromage…

Bref, première journée pas vraiment intéressante.

Matinée au frais

Le lendemain, je me sentais encore plus malade. Mal à la tête, courbatures, toux, mal à la gorge. J’ai pris du paracétamol, mais je n’avais pas d’expectorant pour m’aider à expulser ce qui me gênait. Alors on s’est dit qu’on passerait dans une pharmacie pour prendre quelque chose.  Avant de partir, on a demandé à l’auberge si on pouvait faire une machine car on n’avait plus rien de propre.

On est resté au fond de notre trou jusqu’à ce que l’appel de la faim se fasse sentir. On est parti à pieds pour visiter un peu en même temps. Sauf que l’heure tournait, et on commençait à dire que le temps qu’on trouve un endroit, il n’y aurait plus de service.

Heureusement, on a fini par trouver un restaurant bien noté sur internet, Le Bartom, et qui servait encore. En plus, il prenait la carte bancaire et proposait des options végétariennes. Parfait !

Pour ma part, j’ai pris un burger végétarien avec des frites, et Benjamin des nouilles aux légumes sautées au wok. C’était tellement copieux qu’on n’a pu manger que la moitié. Alors on a emporté le reste pour pouvoir terminer plus tard.

Visite de Salta

Après le repas, on a fait une petite balade digestive dans la ville. C’était tellement différent des deux autres pays d’Amérique du Sud qu’on avait vus ! Les bâtiments ressemblaient vraiment à ce qu’on connaissait des villes européennes. Il y avait pas mal de statues et de monuments religieux.

salta

On est parti en direction du centre-ville. On est arrivé sur une très belle place avec une belle église. On a continué à marcher, et on est tombé sur une autre église peinte en bleu. En plus d’être beau, c’était original.

salta

Sinon, Benjamin n’arrêtait pas de se moquer de moi car il n’était pas habitué à me voir habillée en sarouel. Il trouvait que ça me faisait un look un peu hippie. Mais je n’avais plus que ça de propre ^^ !

salta

Passage à la pharmacie

On s’est arrêté à une pharmacie pour que j’aille prendre un expectorant. Et on en a profité pour se peser grâce à la balance à disposition. Depuis qu’on est parti, on n’a pas eu trop l’occasion de suivre notre poids.

Physiquement, on avait pris un peu de poids au Canada, perdu aux USA et repris en Amérique du Sud avec les restaurants à répétition. Eh bien sur la balance, le résultat n’était pas catastrophique. Je faisais toujours le poids du départ, et Benjamin aussi.

Le téléphérique à San Bernardo

Ensuite, on a continué à marcher, traversant les rues piétonnes, jusqu’à arriver à un parc. Là-bas, on a croisé des enfants qui étaient en train de peindre face à des chevalets. C’était génial de voir ça !

salta

Enfin, on est arrivé au pied du Saint Bernardo, la colline qui surplombe la ville. Il nous a suffi de quelques minutes pour acheter des billets (comptez environ 7€ par personne pour l’aller-retour), et hop : nous voilà partis en téléphérique pour aller voir ce que ça donne vu d’en haut.

salta

La vue était plutôt belle, et on a pu constater que Salta était loin d’être une petite ville ! C’était très étendu.

Achat d’une carte SIM argentine

Une fois redescendu, on est reparti à pieds. Benjamin a trouvé un petit magasin qui vendait des cartes SIM et nous nous y sommes arrêtés pour qu’il puisse souscrire à une offre avec internet.

Le truc un peu embêtant en Argentine, c’est que pour avoir une puce argentine, il faut donner un numéro de passeport argentin. Alors une fois la puce achetée et installée, impossible de faire fonctionner la puce avec le numéro de passeport de Benjamin. On est revenu au magasin et le mec a fini par rentrer son propre numéro de passeport, sans quoi ça n’aurait pas fonctionné.

Enfin, dernière étape de la journée : on s’est arrêté chez Alamo, un loueur de voiture, pour demander un devis sur une location pour le lendemain. Parce qu’en fait, on voulait aller dans cette ville pour découvrir sa région et ses belles montagnes multicolores. Mais il n’y avait plus rien de disponible en dehors de gros véhicules assez chers. On s’était aussi renseigné sur les trajets en bus, mais on s’y était pris un peu en retard sur ce coup-là. Tant pis. Ce sera pour une autre fois.

Nuit fièvreuse

On est rentré et on a fini nos restes du midi, et puis on s’est fait une petite soirée tranquille devant la télévision. Mais je toussais beaucoup. Vraiment beaucoup. Et j’avais du mal à respirer. J’ai essayé de dormir pour que ça passe. Mais ça a empiré. Et j’ai commencé à avoir des frissons. J’avais très froid (je pensais que c’était à cause de la clim) alors je me mettais sous la couverture en grelottant. Puis, quelques minutes après, j’étais en sueur.

salta

J’ai alterné les deux états toute la nuit. C’était assez horrible. Je me sentais épuisée. On avait pris un thermomètre frontal donc j’ai pu voir que j’avais pas loin de 39°C de température. Benjamin a veillé sur moi toute la nuit. J’étais vraiment mal. Et la nuit ne fut pas terrible…

Journée de repos

Vu mon état, on a laissé tomber l’idée de partir visiter la région et les montagnes. Ce serait repos. Parfois, il faut savoir écouter son corps. Et là, clairement, le mien me disait « c’est mort ! Calme-toi… »

Benjamin avait du travail et j’étais fatiguée. C’était l’occasion de se reposer un peu. Benjamin a travaillé sur son ordinateur, et j’ai fait une bonne sieste. Pendant toute la journée ^^

On est juste sorti le soir pour manger. On a choisi le quartier où il y avait le plus de restaurants mais on n’a pas vraiment été conquis par la gastronomie. En tout cas pas en tant que végétariens ^^

salta

C’était un soir de match, alors il y avait beaucoup de monde dans la rue. On aurait voulu en profiter pour voir un peu des gens danser ou se retrouver à une petite soirée. Mais clairement, nos niveaux d’énergie n’étaient pas suffisants… On est rentré pour se préparer à notre départ du lendemain matin vers Cordobà, en espérant que mon état s’améliorerait d’ici là…

salta

Petite anecdote : j’ai voulu testé le bidet qu’on avait dans la salle de bains… Il était un peu particulier, j’ai d’abord ouvert l’eau pour voir la pression  et je me suis pris un grand jet d’eau dans la figure… Voilà, voilà… ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *