03 Pérou, Notre tour du monde

Jour 70 – Cuzco, jour 1

24/10/2018

L’arrivée à Cuzco

A peine arrivés à Cuzco de bon matin, nous avons pris un taxi pour rejoindre Verane, l’une des gérantes de l’association Los Hijos de Los Apus. On l’a rejointe directement là où elle dormait (et où nous allions dormir pour la nuit), en plein centre-ville.

C’était marrant de la voir enfin en vrai après avoir autant parlé par téléphone et sur internet. On lui a expliqué, à elle et à Feliciano qui gère l’association, notre projet avec les enfants. Et ils nous ont parlé un peu plus de leur structure. Puis, Feliciano nous a emmenés voir les enfants. Juste avant, on s’est arrêté pour acheter aux enfants des tapis de jeux éducatifs car Verane voulait leur en prendre depuis un moment.

cuzco

Le trajet pour aller voir les enfants

Ensuite, on a pris deux bus pour rejoindre la structure, qui se trouvait à l’autre bout de la ville, dans un quartier défavorisé. A cet endroit, les maisons n’étaient pas terminées. Elles étaient brutes, sans peinture ni enduit. On voyait encore les tiges de fer sortir des blocs de béton. Les toits, quand ils existaient, n’étaient que des bouts de plastique ondulés.

cuzco

Il n’y avait pas de bitume au sol, mais de la simple terre battue, qui en ces jours de pluie, n’était plus qu’une rivière de boue. Partout, les gens travaillaient sur ces maisons pour les terminer. Mais il restait encore beaucoup de boulot, et tout cela devait coûter très cher.

Après le bus, on a marché un peu dans la boue le temps d’arriver au bâtiment de l’association. J’ai failli finir par terre un sacré paquet de fois tellement ça glissait ! C’était aussi très pentu.

cuzco

Arrivée à l’Association

Rencontre avec les tout-petits

Une fois arrivé, on a déposé les tapis de jeux dans un coin et on est allé voir les tout-petits (3 à 6 ans) qui étaient là le matin. On leur a présenté Le Loup et on leur a expliqué son voyage. Ils étaient trop mignons. Ils leur ont tous fait un gros bisou et pleins de câlins.

cuzco

Ensuite, Feliciano nous a présenté à Maylis et Maïwenn, les deux bénévoles françaises qui s’occupaient de l’association pour le mois. On avait déjà eu un contact par internet et on a tout de suite eu un bon feeling.

Les bénévoles

Les petits étant rentrés chez eux à la fin de la matinée, et les plus grands n’arrivant pas avant 16h00, on en a profité pour rester discuter avec elles. On a partagé nos aventures depuis le début de nos voyages, et on a parlé de l’association. Elles étaient vraiment très sympas.

Après leurs études pour devenir éducatrices spécialisées, elles avaient ressenti le besoin de partir pour faire du bénévolat à l’étranger. Elles avaient prévu de faire plusieurs pays mais ne savaient pas encore où elles iraient et se laissaient porter par les opportunités qu’elles rencontraient.

cuzco

L’association les logeait gratuitement, mais il n’y avait pas de douche et les toilettes étaient dans le jardin, sans eau courante. Il n’y avait pas de fenêtres ni de porte à l’endroit où elles dormaient mais elles avaient un toit et de quoi se cuisiner quelques petits plats. Quoi de mieux pour prendre conscience des choses les plus importantes dans la vie ?

Les filles nous ont impressionnés par leur simplicité et leurs personnalités. On n’a d’ailleurs pas vu le temps passer quand on était avec elles, et on a eu du mal à repartir.

Le projet avec l’association

On en a aussi profité pour discuter du projet avec les enfants et de comment leur partager un peu de notre voyage, ainsi que du partenariat mis en place avec l’une des écoles françaises qui nous suit également.

Et elles nous ont expliqué comment l’association fonctionnait. En fait, les enfants avaient la possibilité de venir dans la structure pour faire des activités avec les bénévoles. Les plus petits venaient le matin, et faisaient des jeux éducatifs. Et les plus grands venaient de 16 à 18h00. Ils apprenaient le français avec les bénévoles et faisaient des jeux pour les aider à apprendre.

Rencontre avec les plus grands

A 16h00, les enfants sont arrivés et on a fait connaissance avec eux. Ils étaient très attachants. Ils ont adoré Le Loup et lui ont aussi fait pleins de câlins. On a fait une session de questions-réponses avec eux. Ils essayaient, avec l’aide de Maylis et de Maïwenn, de nous poser des questions en français sur notre voyage.

cuzco

Ils nous ont aussi proposé des défis :

  • Prendre une photo du loup au Machu Picchu
  • Prendre une photo du Loup au Saqsayhuaman
  • Prendre une photo du Loup avec le Christ Blanc de Cuzco

Défis acceptés !

Activités avec les enfants

Chansons

Puis, ils nous ont chanté des chansons en espagnol. Ça nous a permis d’en prendre note pour proposer une comptine aux enfants qui nous suivent. C’était trop adorable de les entendre chanter ensemble.

cuzco

Ils nous ont aussi chanté en français « un kilomètre à pied » tout en marchant en file indienne dans la cour. Trop rigolo !

L’une des petites filles avait voulu accompagner son grand frère mais elle n’avait que 3 ans, et la pauvre louloute s’était endormi au milieu de tout ça. Elle était trop mignonne !

cuzco

Tutti Frutti et cache-cache

On était ravis de rencontrer ces enfants ! Ils ont essayé de nous parler d’un jeu qu’ils aimaient bien et qui s’appelait le Tutti Frutti. Comme on ne savait pas trop de quoi ils parlaient, ils nous ont montré. Et nous voilà tous à jouer à un remake de dauphin-dauphine. Qu’est-ce qu’on a rigolé !

cuzco

Chacun de nous avait reçu un nom de fruit (en français, pour les faire travailler). Puis l’un des enfants lançait le ballon en l’air en appelant un fruit. La personne appelée devait attraper le ballon pendant que tous les autres s’éloignaient en courant. Puis cette personne avait le droit de faire trois pas pour s’approcher le plus possible d’une autre personne et devait la toucher avec le ballon. C’était ensuite cette personne qui lançait le ballon.

On a aussi joué à cache-cache ! On est retombé en enfance quoi. Mais que c’était agréable…

Dessins

Après s’être bien défoulé, tout le monde est rentré et on a fait le portrait de l’un des enfants pour pouvoir le fournir dans notre projet. Et puis, on a demandé aux enfants s’ils pouvaient nous faire un beau dessin du Loup.

cuzco

Ils ont tous fait de superbes dessins et on était très content ! Les filles les ont pris en photo pour nous les envoyer. Ça nous fera de superbes souvenirs de ce moment.

cuzco

Les « au revoir »

Puis, on leur a dit au revoir car c’était déjà l’heure de partir. On a eu pleins de câlins. Nous, on est resté un peu discuter avec les filles. On a ri aux larmes mais je ne sais même plus pourquoi. Et ça les faisait bien rire de nous voir marcher avec nos jambes toutes raidies par les courbatures du canyon de colca.

cuzco

Au bout d’un moment, on a été obligé de partir car je n’avais pas été au WC depuis le matin, et ça commençait à se faire pressant. J’avais voulu aller à leur WC, mais apparemment, il y avait des asticots ou je ne sais quoi. Et étant donné que c’était ma phobie, je me suis dit que ça attendrait de rentrer.

« Le retour de la honte »

Pour rentrer, nous étions seuls car Feliciano était parti depuis un moment, et Verane, qui devait venir nous récupérer, avait eu un imprévu. Mais les filles nous ont dit que c’était très simple. Il suffisait de remonter un peu la rue boueuse et d’attendre le « taxi du quartier » qui nous descendrait jusqu’à la fin du bidonville. Puis, de là on pouvait prendre n’importe lequel des bus car ils allaient tous à la place du centre-ville à proximité de l’endroit où on dormait.

Le taxi du quartier

On est donc allé attendre le taxi. Qui ne venait pas… On a commencé à se dire qu’il n’y en avait peut-être plus. Il faisait nuit et il y avait des chiens qui nous tournaient autour, alors j’ai encore pris des cailloux, juste au cas où. Mais aucun problème.

cuzco

Finalement, une voiture est passée et c’était bien le « taxi ». Il nous a descendus en bas du quartier. C’était un peu stressant car il conduisait vite alors que la route était très pentue, sinueuse et glissante à cause de la boue. On avait peur à chaque virage, mais tout s’est bien passé.

Le bus

Puis, en bas, on a vu un bus et on est monté à l’intérieur. Ici c’est marrant car tout le monde monte dans le bus comme ça, et en fait, on paye au moment de sortir.

Je me suis assise dans le fond du bus, et Benjamin vers le milieu. Le bus a filé et s’est bien rempli au fur et à mesure jusqu’à être plein.

Au bout d’une heure de bus, j’avais l’impression que ma vessie allait lâcher. Ça me faisait mal au ventre tellement elle était pleine. Sauf que je n’avais pas du tout l’impression qu’on arrivait. En fait, on était même en train de repartir dans les hauteurs d’un quartier de type bidonville, comme celui qu’on avait quitté, mais de l’autre côté de la ville.

J’ai envoyé un message à Benjamin pour lui dire qu’il me semblait qu’on n’était pas dans le bon bus, et il m’a confirmé penser comme moi. On a donc décidé de descendre au prochain arrêt où il y aurait de la lumière.

Je commençais vraiment à avoir peur que ma vessie ne me lâche, et quand Benjamin a suggéré qu’on prenne un autre bus, je lui ai dit que c’était mort et qu’on prenait un taxi pour rentrer le plus vite possible. On était rentré en 10 minutes ! Ouf !

La meilleure pizza de Cuzco

Puis, on est sorti pour essayer de trouver quelque chose qui était encore ouvert. On a terminé dans une petite pizzeria qui nous a fait d’excellentes pizzas au feu de bois. On était ravi et on a gardé la moitié des pizzas pour le lendemain.

Hélène et Charles-Antoine nous avaient annoncé qu’ils nous rejoignaient demain matin à Cuzco, et avaient trouvé un Air BnB sympa dans les hauteurs de la ville. Du coup, on a réservé ensemble et on a rassemblé nos affaires avant d’aller nous coucher, et on s’est donné rendez-vous le lendemain pour visiter la ville ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *