04 Bolivie, Notre tour du monde

Jour 94 – Sud Lipez, jour 2

18/11/2018

En route vers les lagunes du Sud Lipez

Ce matin-là, on s’est retrouvé tous les 8 pour le petit déjeuner et ensuite, en deux temps trois mouvements on était prêts à partir. Luis nous a laissés commencer à marcher un peu pour nous réveiller puis il nous a récupérés un peu plus loin avec la voiture.

J’en ai profité pour discuter un peu avec Martina, qui m’a parlé de son copain italien. Et les garçons discutaient ensemble un peu plus loin devant. Une fois dans la voiture, on est parti en direction des lagunes du Sud Lipez.

Cette fois, c’est dans notre voiture que Marco voyageait.  Donc on était 6 et plus 5. Mais la voiture était grande donc ça passait crème !

Les lamas du Sud Lipez

On a commencé par s’arrêter auprès d’un troupeau de lamas. C’était super de les voir de si près. On aurait pu croire qu’ils étaient sauvages mais en fait non. C’était des lamas qui appartenaient à différents fermiers.

sud lipez

La journée, ils étaient laissés en liberté pour brouter. Les fermiers les différenciaient les leurs en leur accrochant de petits pompons de couleurs autour du cou, sur la tête ou aux oreilles. Le soir, ils les rentraient pour éviter d’éventuelles attaques de prédateurs. Il y avait quelques pumas dans la région. Luis nous a confié en avoir déjà vus de près quand il était enfant.

On s’est approché un peu des lamas, sans toutefois être trop près car ils restaient assez craintifs et n’aimaient pas le contact. Il y avait aussi de jeunes lamas, trop mignons.

Un moment magique…

On a même eu la chance d’assister en direct à une naissance ! On entendait la maman lama respirer très fort et on voyait son ventre se contracter. Elle était debout. Et d’un coup, on a vu le bébé sortir d’elle et tomber au sol.

sud lipez

Elle l’a ensuite léché. Le petit remuait et essayait de se mettre debout. On est resté à regarder la scène pendant un long moment. Il n’arrivait pas encore à tenir sur ses pattes sans tomber. Mais on sentait qu’il n’en était pas loin. C’était un moment merveilleux… Quelle chance d’avoir pu y assister !

Trois autres lamas du groupe se sont approchés pour faire connaissance avec ce petit nouveau et pour souhaiter la bienvenue. Je pense qu’ils étaient aussi là pour les protéger, lui et sa mère, en cas de problème.

Un copain pour Vanessa

A ce moment-là, avec Benjamin, on a vu un petit chaton. On s’est demandé ce qu’il faisait là, au milieu de nulle part, vers les lamas. Il était trop chou et voulait jouer. On a joué avec lui à l’aide d’une petite tige. Il était tout fou !

sud lipez

Il a fini par grimper sur moi et je l’ai gardé un moment contre moi pour lui faire des câlins. Ça m’a rappelé nos trois chats, Kira, Fuji et Garfield, qui me manquent beaucoup depuis le début de ce voyage… Mais j’ai dû laisser le chaton car tout le monde m’attendait dans la voiture. 

La Laguna Kollpa

On est rapidement arrivé à la première lagune. Elle était immense, et il y avait pleins de flamands roses, debouts en son centre, et qui se nourrissaient. Ce qui était magnifique, c’est qu’on pouvait y voir le reflet du ciel, des nuages et des montagnes environnantes.

sud lipez

Impossible de ne pas rester sans voix face à une telle beauté… Le fait que ce soit au milieu du désert, dans le silence, rajoutait encore un peu de magie à cet endroit spectaculaire. On aurait pu rester des heures juste là à contempler la nature.

Sur la route, Benjamin a lutté pour ne pas s’endormir mais il a fini par sombrer et j’en ai profité pour immortaliser ce moment. Il semble tellement mignon et inoffensif quand il dort ^^

sud lipez

Salar de Chawiri

Luis nous a emmenés ensuite juste un peu plus loin où il y avait une lagune accolée à un petit salar. Avec le soleil qui se reflétait sur le sel et sur l’eau, on était obligé de porter des lunettes de soleil pour ne pas être aveuglé. Il y avait là encore des flamands roses.

sud lipez

Laguna blanca et laguna verde

En remontant dans la voiture, Luis avait mis des musiques jouées à la flûte de pan, super reposantes (depuis le début du roadtrip, il avait mis de la super musique, d’un peu tous les genres). Benjamin a sorti sa quena pour en parler à Luis. Celui-ci lui a emprunté pour jouer un morceau et il jouait super bien. 

sud lipez

On a continué à rouler jusqu’à la laguna blanca et la laguna verde qui était juste à côté. Là encore, c’était magnifique !

Aguas Calientes

Puis on est retourné sur nos pas pour aller à la lagune qu’on a préférée : à Aguas Calientes…  Je manque de mots pour la décrire. Je pense que rien ne peut remplacer le fait de la voir de ses propres yeux. Elle était immense et reflétait les montagnes autour d’elle. Il y avait beaucoup de flamands roses. Et c’était d’une beauté stupéfiante.

sud lipez

C’est à cet endroit qu’il y avait des sources d’eau thermale dans lesquelles on pouvait se baigner. On a profité de l’occasion car ce n’est pas tous les jours qu’il est possible de se baigner dans une piscine naturelle d’eau chaude au milieu du désert du sud bolivien dans ce décor de rêve.

sud lipez

C’est également à cet endroit que nous nous sommes arrêtés pour manger. Le repas préparé par Marco était, encore une fois, succulent. On avait des beignets de chou-fleur, accompagnés de petites pâtes, une salade de crudités et des fruits.

Les geysers Sol de manana

Nous avons aussi été voir une zone avec des geysers, des fumerolles, des bassins bouillonnants d’eau et de boue. On en avait déjà vu pas mal, mais c’est toujours impressionnant de voir de quoi la Terre est capable.

sud lipez

A cet endroit-là, il y avait pas mal d’autres touristes. Certains s’approchaient un peu trop près pour prendre leurs photos. Je crois qu’ils ne réalisaient pas que ça pouvait être dangereux. Au Yellowstone, dans ce genre de zone, on devait marcher sur des pontons de bois sans en sortir. Ici, il n’y avait aucune mesure de sécurité.

On est revenu assez vite à la voiture et on a vu que Luis nous surveillait avec attention tous les quatre car il redoutait un accident. Il nous a raconté qu’il avait assisté à un drame quelques temps auparavant.

Anecdote dramatique…

Un jeune homme d’environ 27 ans avait sauté d’une rive à l’autre, au-dessin d’un bain bouillonnant et s’était loupé. Il était tombé à l’intérieur et avait été presque entièrement immergé. Il avait été très rapidement sorti de là par les guides et les gens non loin de lui. Il hurlait et avait l’air de souffrir atrocement.

Ses vêtements étaient brûlants, et quelqu’un avait émis l’idée de lui enlever. Sauf que la peau, qui s’était collée aux vêtements, était partie avec… Le cauchemar… Luis nous a dit que personne ne savait quoi faire. Que les gens étaient en larmes, horrifiés, traumatisés.

Le jeune homme a été conduit d’urgence au centre de soins le plus proche (qui était quand même assez loin). Il y était arrivé en vie, mais les brûlures étaient trop graves et il était décédé des suites de ses blessures, dans une grande souffrance.

Cette histoire nous a bouleversés… Et j’espère qu’elle vous bouleversera aussi, de sorte à ce que vous soyez prudents dans ce genre d’endroits. Rappelez-vous que votre vie a plus de valeur que le fait de faire de belles photos pour Instagram.

La Laguna Colorada

Enfin, on a pris la route de la lagune rouge : la laguna colorada. Cette lagune était vraiment immense ! C’était vraiment étrange qu’elle soit de cette couleur entre l’orange foncé et le rouge. C’est ici qu’on a vu le plus de flamands roses. Il y en avait partout ! Et on a pu en approcher d’assez près.

sud lipez

Il y avait aussi quelques lamas qui broutaient juste à côté de la lagune. Et le tout était entouré de belles montagnes. Rien que pour longer la lagune et revenir, il nous aura fallu 1h15. Il y avait beaucoup de vent et il faisait plutôt froid, malgré le soleil qui tapait et menaçait de nous brûler la peau.

sud lipez

Arrivée au refuge

Après toutes ces émotions, Luis nous a conduit au deuxième refuge où nous avons passé la nuit. C’était aussi un milieu de nulle part, dans un mini village. En fait, à chaque fois, on avait l’impression d’être chez des gens.

sud lipez

On avait une chambre pour 4, et cette fois une salle de bains par chambre. Il y avait une douche avec de l’eau chaude (contrairement au premier endroit), et si on voulait en prendre une, il fallait payer un supplément.

On a pris un thé et Luis est venu nous parler du programme du lendemain. Puis, on a mangé. Cette fois-ci, la troisième voiture de la Torre dormait aussi au même endroit. On a donc fait la connaissance de Joe, un australien très drôle, Peter et Jasmien, un couple belge, et de Roxane, une française. Ils étaient toujours servis avant nous, alors nos deux groupes râlaient un peu (avec humour bien sûr)^^

Petite soirée sympathique

Ce soir-là, en plus du super repas (soupe, œufs, frites, légumes), on a eu droit à du vin rouge. Benjamin et moi n’en avons pas pris, parce qu’on ne boit plus trop d’alcool ces derniers temps, mais tout le monde a eu l’air d’apprécier. Le guide de la troisième voiture avait mis de la musique sur une enceinte et l’ambiance était bonne. Il y avait aussi des bières.

Lisa, Jannick, Tim et Laura discutaient bien et avaient l’air de bien rigoler. J’aurai aimé parler plus avec eux, mais on était toujours tout au bout de la table donc j’avais du mal à les entendre.

Au bout d’un moment, l’un d’eux a sorti un jeu de Uno et ils ont commencé à jouer. Puis ils nous ont proposé de nous joindre à eux. Martina et Flavien n’avaient pas trop envie de jouer, donc ils nous ont laissé la place et on a enfin pu se rapprocher.

sud lipez

On a vraiment bien rigolé pendant les parties qu’on a faites et on a passé une super soirée. Tim et Laura voyageaient déjà depuis plusieurs mois en Amérique du Sud et avaient adoré la Colombie. Lisa et Jannick, voyageaient un peu moins longtemps, mais allaient aussi parcourir l’Amérique latine. On avait tous plus ou moins quitté nos boulots, en dehors de Martina et Flavien. Et on était un peu dans le même état d’esprit.

Après cette bonne soirée, on est allé prendre une petite douche et on a filé au lit. J’avais peur que Benjamin ne ronfle et ne dérange Martina et Flavien, mais en fait, Benjamin n’a fait aucun bruit. C’est Flavien qui ronflait un peu finalement. Mais peu importe, on était loin du niveau de bruit que peu atteindre Benjamin en temps normal ^^.

Avec tout ce qu’on avait emmagasiné comme souvenirs ce jour-là, il ne nous a fallu que quelques secondes pour tomber dans un sommeil profond.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *