Organiser un tour du monde

Tour du monde : comment partir quand on travaille ?

Comment partir en tour du monde quand on travaille ? Si tu envisages de faire un tour du monde et que tu es salarié(e), tu as dû passer par les mêmes questionnements que moi. Comment on fait vis-à-vis de son employeur ? Comment doit-on l’informer ? Peut-on conserver son poste ?

Je sais pas toi, mais pour moi, c’était une vraie source de stress… D’autant plus que je n’avais pas de très bonnes relations avec mon employeur.

C’est pas toujours facile de trouver toutes les infos qu’on veut sur internet. J’ai passé des heures et des heures à me renseigner, et j’ai été déléguée du personnel dans mon entreprise, alors j’appris quelques trucs. Voilà un petit condensé de ce qu’il faut savoir.

(Informations valables en France au 25/04/2018, sous réserve de modification de la réglementation)

Si tu es en CDI

Tu peux choisir de quitter ton emploi de manière définitive ou bien de le récupérer à ton retour.

 

Si tu veux récupérer ton poste

Le congé sabbatique

Tu as la possibilité de demander un congé sabbatique à ton employeur. Ce congé, il peut avoir une durée de 6 à 11 mois pendant lesquels ton contrat de travail est suspendu.

C’est-à-dire que, pendant cette période, tu as tout à fait le droit de travailler pour un autre employeur. Ou encore de créer une entreprise sans avoir de compte à rendre. La seule règle à respecter est de ne pas faire de concurrence déloyale à ton employeur.

Tu n’as pas de rémunération, tu ne cumules pas d’ancienneté ni de congés payés, mais tu as la possibilité de retrouver ton poste ou un équivalent à ton retour. Et avec une rémunération au moins égale.

Donc tu joues la sécurité.

 

Tu dois faire une demande à ton employeur par courrier avec accusé de réception au moins 3 mois avant le départ. Et il a l’obligation de te répondre sous 30 jours, sans quoi sa réponse est considérée comme positive.

tour du monde quand on travaille

 

Il peut refuser, mais seulement si l’entreprise compte moins de 300 salariés.

Il peut aussi demander à décaler ton départ (de 6 mois à 9 mois max), s’il considère que ton absence aurait des conséquences pour l’entreprise.

Un conseil : s’y prendre le plus tôt possible !

 

Attention, ce congé particulier n’est possible que sous certaines conditions :

  • Tu dois avoir une certaine ancienneté dans l’entreprise (fixée par la convention ou les accords collectifs, ou à défaut au moins 36 mois)
  • Il faut avoir cumulé au moins 6 années d’activité professionnelle
  • Il ne faut pas avoir déjà bénéficié au cours des 6 dernières années d’un tel congé (ni d’un congé pour création d’entreprise ou de formation d’au moins 6 mois)

Plus d’info sur les démarches ici. 

 

Le congé sans solde

Tu as aussi la possibilité de demander à ton employeur un congé sans solde. C’est un congé pendant lequel tu as le droit de faire ce que tu veux : voyager, monter une entreprise, suivre une formation, travailler…

Par contre, tu ne peux pas faire de concurrence déloyale.

Ce type de congé n’est pas limité en termes de durée. Ce qui peut te permettre de partir plus longtemps. Mais il est moins bien encadré…

En gros, ton employeur n’a pas d’obligation de te maintenir exactement où tu es. Donc moins de sécurité qu’avec le congé sabbatique.

 

Les conditions de ce congé, ainsi que les dates de départ et les conditions de retour doivent être formulées par écrit dans un document rédigé en accord avec l’employeur.

Pendant ce congé, tu n’es pas payé(e) et tu ne cumules ni ancienneté, ni congés payés.

Plus d’infos ici.

 

 

Si tu ne veux pas récupérer ton poste

Peut-être que tu te dis qu’il est temps de changer d’air et que tu ne veux pas forcément rester dans ta boîte. Dans ce cas, tu peux envisager de quitter le bateau.

Et tu as plusieurs solutions. Certaines avec filets, d’autres sans…

 

La rupture conventionnelle

Tu peux demander à ton employeur une rupture conventionnelle. En gros, tu lui demandes d’accepter de te laisser partir et vous vous mettez d’accord sur les conditions.

tour du monde quand on travaille

 

 

Les avantages ?

Tu as droit aux allocations chômage (valables avant ton départ, et à ton retour de voyage), ce qui te donne une sécurité pour retrouver un boulot en rentrant.

Tu as droit à une indemnité de départ.

En plus, tu pars en bons termes avec ton employeur, et tu te sens tellement serein(e) !

 

 

Les inconvénients ?

C’est pas forcément facile à obtenir… Surtout dans les grosses entreprises.

Et il y a un préavis, comme toujours. Donc il faut s’y prendre à l’avance.

Cette procédure est bien encadrée, alors renseigne-toi bien sur les différentes étapes de la procédure. 

 

 

La démission

Tu peux choisir de démissionner. Dans ce cas, tu imposes ton départ à ton employeur. Il ne peut pas refuser.

 

Les avantages ?

Tu es sûr(e) d’être libéré(e) à l’issue de ton préavis.

tour du monde quand on travaille

 

 

Les inconvénients ?

Si tu ne remplis pas certaines conditions, tu perds tes droits aux allocations chômage, alors que ça pourrait être utile au retour du voyage, le temps de se remettre en selle.

 

 

Le licenciement

Certaines personnes peuvent chercher à se faire licencier. Donc elles vont commettre des fautes pour pousser l’employeur à les mettre dehors, ce qui leur permettra quand même de bénéficier des allocations chômage.

 

 

Les avantages ?

Un licenciement, peu importe le motif, ouvre droit aux allocations chômage (attention par contre : je répète qu’on ne peut pas les percevoir pendant qu’on fait un tour du monde).

 

 

Les inconvénients ?

Il y en a beaucoup ! Déjà, tu ne sais pas quand l’employeur va craquer donc tu n’as aucune visibilité sur ta date de licenciement (d’autant plus qu’il y a des procédures à respecter).

Ensuite, ça créé de fortes tensions au boulot, ce qui peut avoir un impact sur ton moral.

Ton employeur peut te faire un mauvais dossier, ce qui nuira à tes prochaines embauches.

Et en fait, tu n’as pas de certitude sur le fait qu’il va finir par te licencier.

Pour moi, le jeu n’en vaut pas la chandelle. Mais ce n’est que mon avis.

 

 

Le cas particulier de l’abandon de poste pour être licencié

Certaines personnes ont recours à l’abandon de poste pour pousser leur employeur à les licencier. Moi je ne te le recommande pas pour un certain nombre de raisons.

tour du monde quand on travaille

 

Mais tu fais comme tu veux…

 

 

Si tu es en CDD

On ne peut rompre un CDD de manière anticipée que dans les cas suivants :

  • Accord entre l’employeur et le salarié
  • Démission du salarié qui justifie d’une embauche en CDI ailleurs
  • Licenciement pour faute
  • Cas de force majeure
  • Inaptitude constatée par la médecine du travail

En gros : tu n’as pas le droit de démissionner pour partir faire le tour du monde…

C’est même pas une question de chômage. Ce n’est même pas autorisé. En savoir plus

Donc, soit tu attends la fin de ton contrat et tu ne le renouvelles pas, soit tu négocies un départ avec ton employeur.

Certains te conseilleront de chercher à te faire licencier, ou bien de trouver un CDI pour justifier ta démission et de quitter ce CDI pendant la période d’essai. Mais encore faut-il se sentir à l’aise avec ça…

 

 

Conclusion

Des solutions pour partir faire le tour du monde quand on travaille, tu en as plusieurs. A toi de trouver celle qui te convient le mieux.

Certaines sont plus longues et éprouvantes que d’autres, mais on n’a pas toujours le choix.

Le plus important selon moi reste de te concentrer sur ton objectif : ce voyage qui va changer ta vie 😉

 

Pour ma part, j’ai eu la chance d’avoir une rupture conventionnelle.

Mais je suis consciente que tout le monde n’a pas cette chance…

 

Alors, si tout ne se passe pas ou ne s’est pas passé comme tu l’avais prévu, partage ton expérience avec nous 🙂

3 thoughts on “Tour du monde : comment partir quand on travaille ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *